danse

Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

soirées d'ouverture

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis présentent une vingtaine de chorégraphes dans plusieurs théâtres de la Seine-Saint-Denis, et comme chaque année, le Nouveau théâtre de Montreuil accueille les soirées d’ouverture et de clôture. Rendez-vous incontournable de la danse dans le paysage de la création contemporaine, le festival décline un large panorama d’écritures chorégraphiques en invitant des artistes émergents comme confirmés. Une programmation riche et audacieuse de la scène internationale où la création artistique est l’un des enjeux de la rencontre du public avec les œuvres.

PRUE LANG (Australie) Première en France

PROJECT F | 4 interprètes | 50 minutes

 

PROJECT F est un engagement kinesthésique imprégné de féminisme, à partir de figures du XIIème siècle jusqu'à aujourd'hui. La pièce fait le parallèle entre des histoires et des musiques du passé au présent - Hildegard von Bingen (1102) à Princess Nokia (1992) - comme une provocation pour explorer des notions d'utopie féministe et chorégraphique. PROJECT F est créée avec une équipe de femmes (chorégraphes, interprètes, compositrice, productrice, dramaturge...). C'est l'expérience du corps humain d'un point de vue explicitement féminin, la célébration du corps féminin.

 

ALEXANDRA BACHZETSIS (Suisse) Première en France

Private Song | Trio | 60 minutes

 

Avec Private Song, Alexandra Bachzetsis resitue certains éléments du solo Private: Wear a Mask When You Talk to Me. Alors que le solo utilise la mutation de soi pour explorer les constructions culturelles et de genres à travers la répétition ritualisée des gestes incarnés, Private Song propose une stratégie perceptive pour questionner, souligner, ou neutraliser la relation du public aux corps en mouvement sur scène. Le « rebetiko »; musique traditionnelle grecque des années 1940 et 1950 popularisée par Giannis Papaioannou, Vassilis Tsitsanis, ou encore Giorgos Mitsakis; est utilisé dans la pièce non comme un motif narratif mais comme un moyen de juxtaposer les voix singulières et les gestes codifiés provenant de la danse orientale et moderne comme le « wrestling », les différents modèles de genres hollywoodiens, et l'histoire des représentations picturales de l'amour et de la lutte.