ciné-spectacle

Hansel et Gretel

La Cordonnerie

Du cinéma sur scène ? Du théâtre dans le film ? On ne sait plus exactement où l’on est. Une chose est sûre : comédiens et musiciens nous emmènent dans une légende archaïque et moderne à la fois.

Métilde Weyergans et Samuel Hercule sont des fous de cinéma et de théâtre. Entre les deux, ils n’ont pas voulu choisir. Ils ont préféré inventer une forme de spectacle qui associe l’un et l’autre. Sur scène, ils projettent un film muet qu’ils ont réalisé de A à Z à partir d’un conte traditionnel ou d’un classique (Hamlet, par exemple).

C’est la matière première du spectacle. Accompagnés de deux musiciens (dont le compositeur Timothée Jolly), les artistes donnent du relief à ces images en interprétant sous nos yeux la partie sonore : les voix off, les dialogues, la musique mais aussi les bruitages. Sur le plateau, les instruments de musique les plus divers côtoient un bric‑a-brac d’objets choisis pour leur sonorité. Un tintement de verre, des bruits de pas, des cris d’animaux nocturnes, et le suspense ou la magie naît ! Notre regard passe du film aux interprètes en chair et en os, notre imagination travaille et, petits ou grands spectateurs, nous devenons actifs.
Le conte d’Hansel et Gretel revu par La Cordonnerie est, bien sûr, une histoire d’abandon dans la forêt, de sorcière affamée et d’échappée belle. Sauf qu’ici, les rôles sont inversés : le fils, adulte, à bout de ressources, décide d’aller perdre son père et sa mère très âgés dans la forêt. La question posée par le conte reste la même : comment une séparation d’avec ceux que l’on aime peut nous faire évoluer ?
La saison dernière, on a découvert Ali Baba et les quarante voleurs de la même compagnie. On retrouve ici ce qui fait sa marque de fabrique : la rigueur, une forme d’élégance, un humour discret, le sens du détail. Et un goût certain pour l’ambiance rétro du cinéma populaire des années 1960. Attachés à l’artisanat au sens noble du terme, ces créateurs veulent aussi faire découvrir aux plus jeunes les possibilités infinies des arts de la scène.

Biographie...

Le comédien Samuel Hercule est à l’origine de la naissance de La Cordonnerie en 1997. Il est accompagné du compositeur Timothée Jolly et, depuis 2003, de la comédienne Métilde Weyergans qui co-dirige la compagnie avec lui. Ils signent des ciné-spectacles en transposant des contes traditionnels dans leur propre univers. Soutenus par le Théâtre de Vénissieux, ils ont créé La Barbe Bleue (2005), Ali Baba et les quarante voleurs (2006), L’Éternelle fiancée du Docteur Frankenstein (2009). (super) Hamlet (2012) a vu le jour à la Filature de Mulhouse. Leurs spectacles ont été présentés au Québec, en Algérie, au Brésil, aux États-Unis, etc

Ils ont joué Hansel et Gretel au Nouveau théâtre de Montreuil pendant la saison 2013-2014.

Distribution / Production...

d’après le conte de Jacob et Wihelm Grimm

Film
scénario, adaptation Métilde Weyergans et Samuel Hercule
réalisation Samuel Hercule
direction artistique Métilde Weyergans
avec Samuel Hercule, Métilde Weyergans (distribution en cours)
musique Timothée Jolly
décors Bérengère Naulot

Spectacle
voix, bruitages Samuel Hercule et Métilde Weyergans
piano Timothée Jolly
percussions, soubassophone Florie Perroud
son Adrian Bourget et Eric Rousson
lumière Johannes Charvolin

production
Nouveau théâtre de Montreuil – centre dramatique national ; La Cordonnerie
coproduction Le Granit – scène nationale de Belfort ; Opéra Théâtre de Saint-Etienne
avec l’aide du TRAFFO_CarréRotondes. La Cordonnerie est soutenue par la Région Rhône-Alpes.