mesure pour mesure

MAL

MARLENE MONTEIRO FREITAS

La chorégraphe Marlene Monteiro Freitas sonde les visages de la violence destructrice, à sa manière, foisonnante. Un ballet expressionniste trépidant.

Chez Marlene Monteiro Freitas, la danse raconte l’ébullition de l’être, on avait pu le voir avec Bacchantes – Prélude pour une purge, présenté en 2017 au Nouveau théâtre de Montreuil. Dans sa dernière création, l’artiste cap-verdienne dessine un monde fantasmatique qui ressemble tour à tour à un tribunal, à un défilé martial ou encore à un musée des horreurs. Les neuf interprètes se transforment successivement en différentes silhouettes mi-grotesques mi-angoissantes. Voici le mal et la fascination qu’il suscite incarnés, là, en monstre, ici en soldat, là encore en diable ou en sorcière. Inspiré par la mythologie, par la danse populaire et par des écrivains comme Georges Bataille et Hannah Arendt, Mal, Embriaguez Divina – Mal, Ivresse divine – nous emmène du côté d’une poésie hallucinatoire. La chorégraphe a choisi une bande-son éclectique, des rythmes syncopés de l’île du Cap-Vert à une tarentelle napolitaine, en passant par Tchaïkovski, Maurice Ravel et quelques extraits de films. Cette performance d’une grande intensité questionne le mal qui relève du totalitarisme ou du colonialisme, aussi bien que de la maladie et de l’aveuglement.

 

dans le cadre du Festival d'Automne à Paris

 

Poursuivez l'expérience

Rendez-vous sous le palmier
samedi 13 novembre à l'issue de la représentation, retrouvez un membre de l'équipe des relations publiques pour échanger sur le spectacle

Biographie...

Originaire du Cap-Vert, Marlene Monteiro Freitas est implantée au Portugal. Formée auprès de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker à Bruxelles puis à la Fondation Calouste Gulbenkian de Lisbonne, elle a été interprète pour, entre autres, Emmanuelle Huynn, Loïc Touzé, Tânia Carvalho et Boris Charmatz. Après trois formes brèves, elle crée le solo Guintche (2010), puis Paradis-Collection privée (2012-13), Jaguar (2015) et Bacchantes-Prélude pour une purge (2017). Elle a participé à (M)imosa (2011) aux côtés de François Chaignaud et Cecilia Bengolea, et chorégraphié Canine jaunâtre 3 (2018) pour la Batsheva Dance Company.

Distribution / Production...

avec Andreas Merk, Betty Tchomanga, Francisco Rolo, Henri "Cookie" Lesguillier, Hsin-Yi Hsiang, Joãozinho da Costa, Mariana Tembe, Tonan Quito, Miguel Filipe

 

chorégraphie Marlene Monteiro Freitas (Compagnie P.OR.K)

lumières et décors Yannick Fouassier

metteur en scène André Calado

assistant à la mise en scène Miguel Figueira

recherche Marlene Monteiro Freitas et João Francisco Figueira

dramaturgie Martin Valdés-Stauber

création sonore Rui Dâmaso

création des costumes Marisa Escaleira

support à la production Lander Patrick

 

production P.OR.K (Bruna Antonelli, Sandra Azevedo, Soraia Gonçalves - Lisbonne, Portugal), Münchner Kammerspiele (Munich, Allemagne)

coproduction Biennale de la danse de Lyon 2021, Pôle européen de création - Ministère de la Culture/Maison de la Danse, Culturgest (Lisbonne, Portugal), HAU Hebbel am Ufer (Berlin, Allemagne), Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles, Belgique), Künstlerhaus Mousonturm (Francfort, Allemagne), International Summer Festival Kampnägel (Hamburg, Allemagne), Les Spectacles Vivants - Centre Pompidou, Festival d’Automne à Paris, NEXT festival (Eurometropolis Lille, Kortrijk, Tournai, Valenciennes), Ruhrtriennale (Bochum, Allemagne), Tandem Scène nationale (Douai, France), Teatro Municipal do Porto (Portugal), Theater Freiburg (Allemagne), Wiener Festwochen (Vienne, Autriche) | Avec le soutien de CML – Câmara Municipal de Lisboa, Dançando com a diferença (Funchal, Portugal), Fabbrica Europa PARC - Performing Arts Research Center (Florence, Italie), La Gare – Fabrique des arts en mouvement (Le Relecq-Kerhuon), Polo Cultural Gaivotas Boavista (Portugal), Reykjavík Dance Festival (Ireland), Ministère de la Culture/ DGArtes (Portugal)

coréalisation Nouveau théâtre de Montreuil-CDN, Festival d’Automne à Paris

Le Festival d’Automne à Paris est producteur de la tournée francilienne de ce spectacle. 

Dans la presse

Un somptueux festival des sens, qui, comme souvent chez la chorégraphe cap-verdienne, force l'admiration. Les Inrockuptibles

L'esprit trublion de Marlene Monteiro Freitas accouche de sa fresque la plus monumentale à ce jour. Transfuge

Tornade démente et cauchemardesque, la nouvelle création de la chorégraphe ­cap-verdienne, «Mal», fait du bien. Libération

Les performeurs offrent ici une gestuelle grimaçante extraordinaire, et Freitas continue d'affûter avec eux son style carnavalesque. Télérama

La nouvelle création de Marlene Monteiro Freitas, Mal – Embriaguez Divina, se dope à l’énergie folle et à l’ hyper-inventivité mais se dévoile sous une couleur plus sombre et violente que d’habitude pour mieux singer et exorciser le mal inhérent à notre société. Sceneweb